Messagepar Jericho » 11 Novembre 2019, 09:15
Drone embarqué américain de ravitaillement en vol, conçu dans les années 2010.

Le programme J-UCAS (Joint Unmanned Combat Air Systems) est lancé en 2003 pour équiper l’USAF et l’US Navy d’un drone de combat commun, capable de pénétrer les défenses antiaériennes ennemies afin d’effectuer des frappes de précision. Mais en 2006, il est décidé que seule l’Air Force bénéficiera de ce programme. Suite à cette décision, l’US Navy étudie de son côté la possibilité d’utiliser des drones furtifs embarqués pour ce type de mission. Vers 2012, les exigences sont modifiées : si le futur drone doit toujours pouvoir effectuer des missions d’attaque au sol, il est désormais surtout question de missions de reconnaissance aérienne, de surveillance et de renseignements (ISR), jugées plus urgentes. Le programme est alors désigné UCLASS, pour "Unmanned Carrier-Launched Airborne Surveillance and Strike".

En 2016, nouvelles priorités pour le futur drone qui devra effectuer principalement des ravitaillements en vol des F-35 et F/A-18, permettant ainsi de libérer ces derniers pour les missions de combat. Les missions ISR viennent désormais au second plan, de même que les missions d’attaque au sol qui doivent être validées avec une version future, par conséquent la furtivité de l’appareil est moins déterminante. Le programme est désigné Carrier Based Aerial Refueling System (CBARS) et le drone reçoit ensuite la dénomination MQ-25A "Stingray", et non RAQ-25 comme il était prévu de le désigner au début du projet. Il devra pouvoir fournir au moins 7’000 litres de carburant (environ 6’100kg) à environ 900km du porte-avions depuis lequel il opère. Le 13 avril 2016, un centre de commandement spécialement destiné aux drones est opérationnel sur l’USS Carl Vinson (CVN-70) qui devient ainsi le premier porte-avions au monde à en être équipé. Le reste des porte-avions américains doivent recevoir cet équipement d'ici 2023. Une dizaine de Stingray devraient ensuite intégrer chaque porte-avion en complément, puis en remplacement, des Super-Hornet pour les missions de ravitaillement en vol.

Boeing, General Atomics, Lockheed-Martin et Northrop Grumman présentent leurs concepts. Donné pourtant favori puisqu’il avait démontré dès 2013 les capacités de son X-47B à opérer depuis un porte-avion dans le cadre du programme UCAS, Northrop Grumman jette l’éponge en novembre 2017. Le 30 août 2018, le Département de la défense des USA annonce que Boeing remporte le contrat et bénéficie d’une enveloppe de 805,2 millions de dollars US pour concevoir, développer, fabriquer, tester et livrer quatre MQ-25A, dont les premiers vols sont prévus en 2021. L’objectif étant ensuite de fournir une capacité initiale à la Navy d’ici août 2024 avec, si tout se déroule conformément aux attentes, une commande de 72 appareils pour un montant évalué à 13 milliards de dollars.

Imaginé par la division Phantom Works de Boeing, le concept retenu est un appareil au fuselage en forme de cigare légèrement aplatit. Ses ailes, en position médiane, sont effilées et peuvent être repliées vers le haut. Il est équipé de deux dérives en "V" de forme rectangulaire. L’entrée d’air du réacteur Rolls-Royce AE 3007N est située sur le dessus du fuselage, les gaz chauds sortent à l’arrière du fuselage, entre les dérives. Deux réservoirs de carburants externes, avec le dispositif de "nourrice", peuvent être emportés sous les ailes. Une des raisons de la victoire de Boeing dans cet appel d’offre tient probablement dans le fait que l’avionneur avait déjà effectué des essais au sol, en simulant le pont d’un porte-avion, avec un appareil et des systèmes de guidage développés sur fonds propres.

Vers la fin avril 2019, le premier prototype désigné T-1 (ou "Tail 1") est transporté par la route depuis l'usine de Boeing jusqu'à l'aéroport MidAmerica St. Louis, situé à proximité de la Scott Air Force Base. Après avoir effectué les essais de taxi au sol et obtenu l’autorisation de voler par la FAA (Federal Aviation Administration), il y effectue son premier vol le 19 septembre 2019. Il continue ensuite ses vols d’essais, avant de commencer la construction des appareils de série. Ces derniers devraient être livrés à partir de 2024, s’il n’y a pas de retard ou de modification des exigences.

Par la suite, il sera relativement facile à Boeing de développer de nouvelles versions du MQ-25 pour l’emport de matériel ISR (Intelligence, Surveillance, Reconnaissance) ou même de charge offensive en soute.


Versions :
MQ-25 "Stingray" : Désignation initiale du projet.

MQ-25A "Stingray" : Désignation de la première version destinée au ravitaillement en vol.


Utilisateurs militaires :
US Navy : en commande.


Caractéristiques et performances prévues du MQ-25A :
Equipage : 0
Points d’attache : 2
Moteurs : un turboréacteur Rolls-Royce AE 3007N de 44,15kN (4’500kgp)
Charge utile : 6’800kg de carburant à transférer
Rayon d’action : 926km
Armement : Sans.



Liens internet :
https://en.wikipedia.org/wiki/Boeing_MQ-25_Stingray
https://www.naval-technology.com/featur ... rone-navy/
https://www.boeing.com/defense/mq25/
https://www.defensenews.com/naval/2018/ ... ing-drone/
https://navaltoday.com/2018/12/20/boein ... -analysis/
https://en.wikipedia.org/wiki/Unmanned_ ... and_Strike
https://news.usni.org/2018/08/30/navy-p ... ased-drone

" J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein

Une belle et bonne raclée comme on aime par ici!
Messagepar Jericho » 11 Novembre 2019, 14:02

" J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein

Une belle et bonne raclée comme on aime par ici!

Connexion

Connexion auto.

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)