Messagepar stanak » 21 Juillet 2018, 06:31
chasseur biplan de la première guerre mondiale
produit à plus de 370 exemplaires

F.4 Buzzard
FiAF (15 utilisés de 1923 à 1939)
Image

Messagepar Jericho » 13 Février 2019, 10:52
Martinsyde F.1 :

Prototype d’un biplan de chasse britannique de la Première Guerre mondiale.

C’est en 1915 que le constructeur aéronautique britannique Martinsyde Limited créé son premier vrai chasseur. Désigné F.1, cet avion doit rapidement pouvoir équiper le Royal Flying Corps.

De configuration biplan, il accueille les deux membres de l’équipage sur des sièges en tandem dans des cockpits séparés et ouverts. Les ailes, droites avec un léger dièdre positif, sont munies de deux baies et le plan supérieur est en décalage positif. Le moteur est un Rolls-Royce Mk III d’une puissance de 190kW, qui sera par la suite redésigné "Eagle III". Le train d’atterrissage classique est fixe, avec un patin à l’arrière. L’empennage est de type conventionnel, avec un empennage horizontal droit et une dérive possédant un bord d’attaque en flèche.

Le dispositif de synchronisation des mitrailleuses et de l’hélice n’étant pas encore parfaitement maîtrisé, le Martinsyde F.1 est armé d’une mitrailleuse Lewis de 7,7mm fixe installée sur l’aile supérieure, afin de tirer par-dessus l’hélice. Pour faire feu, cette disposition oblige le tireur, qui est installé en place avant, de se tenir debout au travers d’une ouverture rectangulaire faite dans la toile de l’aile supérieure. Inutile de préciser qu’à ce moment-là, le pilote assis en place arrière n’a qu’une visibilité très partielle vers l’avant et est dans l’incapacité de poursuivre sa cible…

Le développement du F.1 est un peu retardé et le prototype, immatriculé A3933, ne prendra son envol qu’en juillet 1917 à Martlesham Heath. Il y effectuera aussi ses premiers essais en vol durant lesquels il est critiqué pour la disposition peu pratique de son équipage. Il est rapidement considéré comme inadapté au combat et obsolète, par conséquent la construction du deuxième prototype est abandonnée et Martinsyde se tourne vers son modèle F.2, qui effectue déjà des essais en vol.

Le Martinsyde F.1 construit est ensuite utilisé à Farnborough jusqu’à la fin de la guerre.


Version :
F.1 : Un prototype, immatriculé A 3933, motorisé par un Rolls-Royce Mk III de 190kW.


Utilisateur militaire :
Royaume-Unis : Un exemplaire (A 3933) évalué en 1917 par le RFC (Royal Flying Corps), puis utilisé à Farnborought pour l’instruction et divers essais probablement jusqu’en 1918.


Caractéristiques et performances :
Equipage : 2
Longueur : 8,86m
Envergure plan supérieur : 13,56m
Envergure plan inférieur : 13,46m
Hauteur : 2,59m
Surface alaire : 43,4m2
Masse à vide : 997kg
Masse maximale au décollage : 1’479kg
Moteurs : un moteur V-12 Rolls-Royce Mk III de 190kW (250ch)
Vitesse max basse altitude: 176km/h
Plafond opérationnel : 5’000m
Endurance : 3h45
Armement : une mitrailleuse Lewis de 7,7mm.



Liens internet :
https://en.wikipedia.org/wiki/Martinsyde_F.1
http://www.aviastar.org/air/england/martinsyde_f1.php
http://www.airwar.ru/enc/fww1/f1.html

" J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein

Une belle et bonne raclée comme on aime par ici!
Messagepar Jericho » 14 Février 2019, 09:13
Martinsyde F.2 :

Prototype d’un biplan de chasse britannique de la Première Guerre mondiale.

En 1915, le constructeur britannique Martinsyde commence le développement de son premier chasseur désigné F.1, mais des difficultés techniques retardent le projet. Il est alors décidé de concevoir, en parallèle, un second modèle en tenant compte des problèmes rencontrés.

Le F.2, de plus petite taille et passablement modifié par rapport au F.1, garde néanmoins une configuration très classique pour un biplan. Les deux membres d’équipage sont installés en tandem dans des cockpits séparés et ouverts, le pilote à l’avant. Les ailes sont droites avec un léger dièdre et la disposition des mâts et des haubans est modifiée. Les deux plans sont munis de volets et ont un décalage positif. Le moteur Hispano-Suiza 8Bd de 204 cv entraîne une hélice bipale en bois. Le train d’atterrissage classique est fixe, avec un patin à l’arrière. L’empennage est de type conventionnel, avec un empennage horizontal droit et une dérive à la surface plus importante. L’armement est constitué d’une mitrailleuse fixe synchronisée Vickers de 7,7 mm utilisée par le pilote et d’une mitrailleuse Lewis de 7,7 mm, installée sur un anneau Scarff, et mise en œuvre par l’observateur en place arrière.

Le F.2 montre plusieurs améliorations importantes par rapport à son prédécesseur. Il est plus léger avec un moteur de même puissance, ce qui fait passer sa vitesse maximale de 176 à 193 km/h. La mitrailleuse synchronisée n’oblige plus le tireur à se tenir debout devant le pilote, ce dernier pouvant désormais l’actionner tout en maintenant son appareil en direction de la cible. Une seconde mitrailleuse installée à l’arrière permet de faire feu sur des objectifs situés sur les côtés ou à l’arrière. Dernier point important, le F.2 effectue ses premiers vols en mai 1917, soit deux mois avant le F.1, son prédécesseur théorique ! Mais malgré tous ces avantages, les essais en vol révèlent certaines limitations, comme le champ visuel du pilote considérablement réduit par les sections centrales des ailes supérieures et inférieures.

Le Royal Flying Corps refuse de commander une série de F.2 et le prototype est utilisé comme banc d’essais, en particulier pour tester le moteur Sunbeam Arab.


Versions :
F.2 : Un prototype motorisé par un Hispano-Suiza 8Bd de 204cv.


Utilisateurs militaires :
Royaume-Unis : Un exemplaire évalué en 1917 par le RFC (Royal Flying Corps), puis utilisé comme banc d’essais.


Caractéristiques et performances :
Equipage : 2
Longueur : 7,62m
Envergure : 9,75m
Hauteur : 2,49m
Surface alaire : 31,03m2
Masse à vide : 702kg
Masse maximale au décollage : 1’068kg
Moteurs : un moteur Hispano-Suiza 8Bd de 150kW (204cv)
Vitesse max basse altitude: 193km/h
Vitesse de croisière : 165km/h
Endurance : 2h20
Distance franchissable : 380km
Armement : une mitrailleuse fixe synchronisée Vickers de 7,7mm et une mitrailleuse Lewis de 7,7mm à l’arrière.


Liens internet :
http://jn.passieux.free.fr/html/Buzzard.php
http://www.aviastar.org/air/england/martinsyde_f2.php
http://www.airwar.ru/enc/fww1/f2.html

" J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein

Une belle et bonne raclée comme on aime par ici!
Messagepar Jericho » 15 Février 2019, 08:48
Martinsyde F.3 et F.4 "Buzzard" :

Biplan de chasse britannique de la Première Guerre mondiale.

Après avoir développé, à partir de1915, un F.1 jugé totalement dépassé, puis un F.2 trop limité sous certains aspects, le constructeur aéronautique britannique Martinsyde met au point un troisième biplan de chasse en 1917, sur fonds propres.

Désigné F-3 et conçu par George Handasyde, co-fondateur de Martinsyde avec H.P.Martin, le nouvel appareil est motorisé par un moteur expérimental Rolls-Royce Falcon de 285ch actionnant une hélice bipale. De taille intermédiaire entre le F.1 et le F.2, il s’en différencie par sa configuration monoplace. Son premier vol a lieu en novembre 1917. Ses performances impressionnent, principalement sa vitesse de 229km/h qui est considérée au Royaume-Unis comme une grande avancée.

Six exemplaires de présérie et 150 avions de série, tous équipés du moteur de série Rolls-Royce Falcon III de 275ch, sont immédiatement commandés. Malheureusement, après la construction des appareils de présérie, il n’est plus possible de disposer de ces moteurs Falcon qui servent, en totalité, à équiper les chasseurs Bristol F.2 sortant des ateliers de production. Parmi les F.3 construits, quatre exemplaires sont utilisés par la Home Defence du RFC (Royal Flying Corps) à partir du début de l'année 1918.

Pour résoudre ce problème de motorisation, Martinsyde doit modifier le F.3 pour l’équiper de l’Hispano-Suiza 8 de 220kW (300ch) qui est disponible. Les ailes inférieures sont redessinées, ainsi que le fuselage avant pour y installer le nouveau moteur, tandis que le poste de pilotage est déplacé vers l’arrière. Redésigné F.4, pour ne pas le confondre avec les appareils équipés du moteurs Falcon, le prototype effectue son premier vol en juin 1918. Il démontre tout de suite d’excellentes performances et une très bonne maniabilité, tout en étant facile à piloter. Cet appareil, qui est désormais un des chasseurs les plus rapides du conflit, séduit la Royal Air Force qui vient d’être constituée, et reçoit le surnom de "Buzzard".

Martinsyde reçoit une demande urgente pour 1'450 exemplaires pour la Royal Air Force et l’Aéronautique militaire française. Cette commande, trop importante pour Martinsyde qui devrait n’en produire que 450 exemplaires, sera partagée avec d’autres constructeurs britanniques, soit 500 par Boulton & Paul Ltd, 200 par Hooper & Co et 300 par la Standard Motor Company. De plus, une étude est lancée pour produire 1'500 autres exemplaires aux Etats-Unis en cas de besoin.

Lorsque l’armistice est signé en novembre 1918, seuls 57 F.4 ont été livrés, tous construits par Martinsyde. Les autres exemplaires sont annulés après la sélection du Sopwith "Snipe", moins performant mais surtout moins cher, comme chasseur d’après-guerre au sein de la RAF. La version F.4 1a, conçue comme chasseur d'escorte et destinée à l'IAF (Independant Air Force), est également abandonnée.

Deux F.4, en service au sein du Communications Wing, effectuent plusieurs trajets entre Londres et Paris dans le cadre de la conférence de paix de Paris tenue entre janvier et septembre 1919. D’autres sont utilisés à la Central Flying School durant quelques années.

Martinsyde fini d’assembler les appareils déjà construits et rachète une grande partie des F.4 en surplus à la RAF pour les vendre sur les marchés militaires d’exportation ou pour les transformer en avions de tourisme. Des Buzzard sont ainsi vendus à plusieurs forces aériennes étrangères, dont celles de Belgique, de Bolivie, du Canada (1), de l'Espagne (30), de la Finlande (15), de la République d'Irlande (5), de la Lettonie (8), de Lituanie (8), de Pologne (1), du Portugal (4), et d’URSS (100). Une machine est même évaluée au Japon.

Après la disparition du constructeur Martinsyde en 1922, de nombreux F.4 sont achetés par l’Aircraft Disposal Company entre 1922 et 1930, dans le but de les revendre en l’état ou modifiés. Quelques versions mineures ou expérimentales sont produites, dont trois F.4A et deux biplaces civils de transport F.6. Certains appareils, désignés A.D.C.1, sont ensuite équipés de moteurs radiaux Armstrong Siddeley Jaguar. De nombreux Buzzard sont par la suite utilisés par des entreprises civiles ou des privés.

Il y aurait, selon les sources, entre 200 et 400 F.4 de différentes versions qui ont été construits. Le chiffre de 375 exemplaires est le plus souvent cité.


Versions :
F.3 : Un prototype équipé d’un Rolls-Royce Falcon de 285ch et six appareils de présérie motorisés par un Rolls-Royce Falcon III de 275ch.
Le moteur Rolls-Royce Falcon de 285ch du prototype est encore expérimental, ce qui explique que les moteurs Falcon III des appareils de présérie n’aient qu’une puissance de 275ch. Quatre exemplaires sont livrés à la Home Defence du RFC (Royal Flying Corps) au début de l'année 1918.

F.4 Buzzard : Version de série monoplace motorisée par un Hispano-Suiza 8 de 220kW (300ch), produite à plus de 370 exemplaires.

F.4 Buzzard 1a : Version biplace d’escorte destinée à l’Independant Air Force, motorisée par un Hispano-Suiza 8 de 220kW (300ch), 3 exemplaires construits.

F.4A : F.4 de surplus modifiés en biplace civil pour être utilisés comme avion de tourisme.

Type A.Mk I : F.4 de surplus modifiés en configuration biplace civile, muni d’aile à l’envergure augmentée et motorisé avec un Rolls-Royce Falcon.

Type AS.Mk I : Identique au Type A.Mk I, mais avec des flotteurs à la place du train d’atterrissage.

Type A.Mk II : Identique au Type A.Mk I, avec un fuselage modifié pour accueillir jusqu’à quatre passagers.

F.6 : F.4 de surplus modifiés en biplace civil, muni d’ailes et d’un train d’atterrissage modifiés.

A.D.C. 1 : Version monoplace de chasse motorisée par un Armstrong Siddeley Jaguar de 295kW (400ch) ; 1 prototype et 8 avions de série construits.
Développée par Aircraft Disposal Company, cette version est équipée d’un moteur en étoile Armstrong Siddeley Jaguar de 295kW (400ch). Après un prototype, 8 exemplaires de ce monoplace de chasse sont vendus à la Lettonie.

Nimbus Martinsyde : Un appareil modifié par Aircraft Disposal Company pour recevoir un moteur A.D.C. Nimbus de 220kW (300ch).

A.V. 1 : Un appareil construit pour l’ingénieur en automobile, aéronautique et astronautique Charles Amherst Villiers.

Raymor : un A.Mk 1 motorisé par un Rolls-Royce Falcon III de 285ch et modifié pour une tentative de vol transatlantique qui est tombée à l’eau peu après le décollage.


Utilisateurs militaires :
Belgique : F.4 utilisés par la force aérienne belge, plus en service.

Bolivie : F.4 utilisés par la Fuerza Aérea Boliviana, plus en service

Canada : 1 Martinsyde F.6 F.4 utilisés par la Royal Canadian Air Force en 1922, plus en service.

Espagne: 22 monoplaces et 2 biplaces utilisés par la force aérienne républicaine espagnole et 6 au sein de la Marine républicaine espagnole, plus en service.

Finlande : 1 Martinsyde F.4 en 1923 et 14 Martinsyde F.4 en 1927, utilisés jusqu’en 1939 au sein de la force aérienne finlandaise.

Irlande : 1 Martinsyde A Mk.II acheté en novembre 1921 et 4 Martinsyde F.4 utilisés par l’Irish Air Service, plus en service.

Japon : 1 Martinsyde en évaluation au sein du Service aérien de l'Armée impériale, plus en service.

Lettonie : 8 Martinsyde A.D.C. 1s utilisés par la force aérienne lettone, plus en service.

Lituanie : 2 F.4 Buzzard utilisés par la Force aérienne lithuanienne à partir de 1922, plus en service.

Pologne : 1 Buzzard entièrement peint avec des rayures rouges et blanches utilisé entre 1923 et 1926 comme avion personnel de Włodzimierz Zagórski, Commandant de la force aérienne polonaise.

Portugal : 4 Martinsyde F.4 utilisés par la Força Aérea Portuguesa, plus en service.

Royaume-Uni : 4 F.3 utilisés par le Home Defence Force du RFC (Royal Flying Corps), 57 F.4 utilisés par la RAF et 3 F.4 Buzzard 1a au sein de l’Independant Air Force, plus en service.

Russie : 100 F.4 utilisés par la force aérienne soviétique, plus en service.


Caractéristiques du F.4 Buzzard :
Equipage : 1
Longueur : 7,76m
Envergure : 9,99m
Hauteur : 2,69m
Surface alaire : 29,7m2
Masse à vide : 823kg
Masse maximale au décollage : 1’090kg

Moteurs :
Un moteur Hispano-Suiza 8Fb de 220kW (300ch)

Performances :
Vitesse max basse altitude: 235km/h
Vitesse ascensionnelle : 6,4m/s
Plafond opérationnel : 7’320m
Endurance : 2h30
Distance franchissable : 650km

Armement :
Deux mitrailleuses Vickers de 7,7mm.


Liens internet :
https://en.wikipedia.org/wiki/Martinsyde_Buzzard
http://jn.passieux.free.fr/html/Buzzard.php
https://www.militaryfactory.com/aircraf ... aft_id=620
http://www.cmchant.com/the-martinsyde-buzzard
http://www.aviastar.org/air/england/mar ... uzzard.php

" J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein

Une belle et bonne raclée comme on aime par ici!
Messagepar Clansman » 15 Février 2019, 10:40

Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice... et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).

>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum
>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
Messagepar Clansman » 16 Février 2019, 08:02

Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice... et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).

>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum
>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
Messagepar Clansman » 16 Février 2019, 11:24
Une source supplémentaire concernant le Buzzard : malgré les difficultés liées à la traduction automatique, des éléments très intéressants en particulier sur la carrière soviétique :

https://translate.google.fr/translate?h ... rev=search

Cette source indique un vol inaugural en octobre 1924 pour l'ADC.1 :

http://www.cmchant.com/the-martinsyde-buzzard

Et enfin cette source laisse entendre qu'il n'y a eu qu'un, peut-être deux exemplaires pour évaluation en Belgique :

http://www.belgian-wings.be/Webpages/Na ... d%201.html

Allez, encore une source :

https://1000aircraftphotos.com/Contribu ... /12236.htm

Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice... et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).

>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum
>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
Messagepar Clansman » 18 Février 2019, 08:08

Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice... et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).

>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum
>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
Messagepar d9pouces » 19 Février 2019, 19:38
Il aura finalement été un peu construit… En lisant la fiche, je m'attendais à une fin moins heureuse. Même pour l'époque, 200 exemplaires restent non négligeables.
La fin de la guerre a fait quelques malheureux, j'ai l'impression (même si le Sopwith aurait de toute façon été un sérieux concurrent).

Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.
Terry Pratchett

Connexion

Connexion auto.

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron