Messagepar Marco56 » 20 Août 2011, 09:37
Voici le visuel de cette organisation :
Organisation SEA 2.jpg
Organisation SEA 2.jpg (135.43 Kio) Consulté 3657 fois

Je continue sur le sujet.

Messagepar Marco56 » 24 Août 2011, 13:46
Parlons un peu des formations administratives et d’abord de celle qui est à mes yeux la plus importante, puisqu’elle gère les moyens humains.
La BPIA (Base Pétrolière Inter Armées) :
Située à Chalon sur Saône, la BPIA est chargée de 2 missions :
- Former les personnels du SEA.
- Fournir le GIP (Groupe d’Intervention Pétrolier), capable de procéder à des détachements opérationnels OPEX ou OPINT, renforts de dépôts, soutien de manœuvres.
Formation :
La BPIA assure la formation, l’entraînement, des personnels du SEA et vérifie le niveau d’aptitude des détachements constitués.
Les MDR : Ils sont la base principale humaine. Ce sont les EVSEA (Engagés Volontaires du SEA) 8-) .
Grades : Conducteurs de 2ème cl, Conducteurs de 1ère cl, Brigadier, Brigadier-chef.
Les EVSEA font leur formation initiale à la BPIA. Ils passent leurs brevets militaires et professionnels. Ceux qui ont un potentiel sous-officier, sont envoyés à l’ENSOA de St-Maixent. Ceux qui ont un potentiel d’officier peuvent par concours externe faire les OCTA à Coëtquidan.
Ils peuvent être affectés soit en dépôts, soit au sein du GIP. Les personnels des dépôts sont administrés par la DELPIA, ceux du GIP par BPIA.
Les Sous-officiers : 2 corps.
- Les sous-officiers.
Grades : MDL (Maréchal Des Logis), MDLC (MDL Chef), ADJT, ADC, Major.
Ils servent principalement dans le GIP ou dans les Directions, soit dans des spécialités pétrolières ou des spécialisations interarmes (Trans, Soutien véhicules ou armements, NBC, etc.)
- Les Agents techniques.
Grades : AT2 (Agent Technique) correspond à ADJT, ATC (AT en Chef) correspond à ADC, Major.
Ils sont recrutés au choix chez les Adjudants SEA qui en font la demande, par concours interne parmi les sous-officiers des armées et les EVSEA, par concours externe dans le civil. Ils servent principalement dans les dépôts et dans les directions dans des fonctions surtout techniques.
Les Officiers : 2 corps.
- Les IME (Ingénieurs Militaires des Essences) :
C’est le corps de direction. Les futurs grands manitous !! :oui: :p Grades : IP (Ingénieur Principal) correspond à CDT, IC2 (Ingénieur en Chef de 2ème classe) correspond à LCL, IC1 (Ingénieur en Chef de 1ère classe) correspond à COL, IG2 (Ingénieur Général de 2ème classe) correspond à GEN BGD, IG1 (Ingénieur Général de 1ère classe) correspond à GEN DIV.
Ils sont recrutés par concours parmi les capitaines de toutes les armées ayant effectués leur temps de commandement. Ils font un stage d’un an à l’ENSPM ou à l’IFP.
A l’issue, titulaires d’un diplôme de technique pétrolière ou des moteurs, de mangement de ressources pétrolières (marchés, stockages, etc.) Ils ont un an de formation pure SEA. Après ces deux ans de formation, nommés IP, ils sont nommés dans des postes à responsabilité en direction ou en état-majors.

- Les OCTA (Officiers du Cadre Technique et Administratif) :

C’est le corps « d’exécution ». Grades : de LNT à Général de division, théoriquement :bonnet: .
Recruté par concours interne parmi les sous-officiers et MDR des armées et par concours externe parmi les candidats civils. Deux ans de formation à Coëtquidan pour la formation militaire et un an de formation SEA avec les IME.
Ils sont affectés comme chef de dépôt, ou adjoint dans les gros établissements. Ils peuvent servir aussi en direction.
Le GIP
Fournit les détachements opérationnels OPEX ou OPINT, renforts de dépôts, soutien de manœuvres
Les effectifs sont fournis principalement par les personnels du GIP, renforcé, le cas échéant par des personnels en postes sur les établissements (c’est toujours le cas). Les matériels viennent du CSLSEA de Montereau.
Chaque fois que c’est possible, on utilise les infrastructures locales si elles sont en état, ou facilement réparables. Les produits font l’objet, quand c’est possible, de marchés d’approvisionnement locaux, avec des procédures sévères de contrôle de qualité et de quantités. Les transport longue distance sont sous-traités à des entrepreneurs locaux, les stockages sont pris en charge par le SEA, soit avec des moyens fixes, ou mobiles (bacs souples de 25 à 300m3).

Ex : en OPEX :
Détachements de soutien pétrolier des FOB d Afghanistan, de l’opération Licorne, D’Epervier au Tchad,, en RDC. Dépôts SEA de Djibouti, des EAU, de Dakar, en Bosnie, au Kosovo et Macédoine, au Cambodge, au Liban, etc. Ces détachements sont créés et dissous en fonction des besoins de l’EMA. Certains de ces détachements ont œuvrés non seulement pour les armées françaises, mais très souvent au profit de l’ONU. La France, au vu du savoir faire du SEA, a même été désignée comme nation cadre du soutien pétrolier lors d’opérations internationales.
En OPINT :
Détachement de soutien pétrolier de manœuvres nationales ou internationales, catastrophes naturelles, dépôts d’outre-mer, en Antilles-Guyane, Nouvelle-Calédonie, La Réunion, . Polynésie entre autres.

Messagepar d9pouces » 27 Août 2011, 23:59
Bon, je n'ai pas encore tout lu, je n'en suis qu'à la première page...

Les stocks de crise, à quoi correspondent-ils ? Les stocks utilisés en cas de rupture de l'approvisionnement (notamment arabe) ? Est-ce que nous nous sommes déjà retrouvés dans cette situation ?
A-t-on un ordre de grandeur du temps qu'ils tiendraient ?
Accessoirement, j'imagine qu'on ne peut pas garder indéfiniment de l'essence stockée, non ? Elle doit être utilisée au bout d'un certain temps ?

Et d'un point historique, est-ce que le service est récent ? J'imagine qu'il a toujours plus ou moins existé, mais pas forcément sous cette forme (notamment interarmée)...

Le découpage est bien pratique, bien clair et agréable à lire :)

Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.
Terry Pratchett
Messagepar Marco56 » 08 Septembre 2011, 17:07
Les stocks de crise correspodent à un niveau de stocks intouchable tant que les armées sont en fonctionnement "normal"; c'est à dire tant qu'il n'y a pas de crise d'approvisionnement sur le marché international majeure. Ces stocks crise permettent le fonctionnement des armées pendant plusieurs mois. Ces stocks sont contenus dans les mêmes réservoirs que les stocks courants, ce qui permet de consommer les produits les plus anciens en priorité. Les produits achetés récemment deviennent alors stocks de crise, et ça roule !! ;)
Cela implique bien sûr une exigence de vérification permanente de la qualité, car ces produits se dénaturent à la longue. C'est pourquoi le SEA a Le Laboratoire du Service des Essences des Armées (LSEA) à Marseille qui est une pointure internationale dans son domaine; depuis la reprise de l'activité Carburants de la Flotte du comissariat de la marine, les compétences du LSEA vont encore grandir.
L'Etat Français gère des stocks de crise au niveau national suivant le même principe par le biais d'organismes d'économie mixte. Ces stocks sont considérables, on parle là de millions de mètre cubes et non plus de milliers de mètres cubes. 8-) Ces stocks garantissent un fonctionnement du pays en mode dégragé (rationnement) durant une période assez longue pour conduire les négociations pour revenir à une situation normale des souces d'approvisionnments.
Il ne faut pas oublier que ce pays n'a aucune ressouce pétrolière. :S

Messagepar Niko » 10 Septembre 2011, 15:26
En gros, on a pas trop à s'en faire pour l'armée en cas de problème majeur ?

En tout cas, merci de toutes ces précisions très instructives.

NIKOVIEW Galerie Photos sur l'aviation.... et le reste aussi ! ^^
Messagepar Sharky 125 » 10 Septembre 2011, 17:40
Marco56 a écrit:Il ne faut pas oublier que ce pays n'a aucune ressouce pétrolière. :S


Pour l'instant. Shell vient parait il de trouver un gros gisement off shore en guyane française.

On peut défier le ciel, mais il ne faut pas se moquer de lui.

J-M Saget
Messagepar Clansman » 11 Septembre 2011, 11:00
Même du côté de l'Aquitaine, on a rien ? Je dis pas que c'est grand chose, mais bon...

Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice... et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).

>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum
>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
Messagepar Marco56 » 12 Septembre 2011, 23:49
Le gisement repéré n'est pour le moment qu'exploratoire et demande a être confirmé !! :roll:
Il est prévu six autre forages d'exploration pour détrerminer l'ampleur du champ espéré !!
Ce n'est vraiment qu'un espoir!! :p :S
Ce n'est pas la première fois que les français ont ce genre de désillusion (conf. les forages sur la côt atlantique, il ya environ quinze ans à peu près). :cry:

Messagepar Marco56 » 13 Septembre 2011, 21:53
Voici quelques photos pou illuster les activités du GIP:
Kerax 1.jpg
SRC 34m3 RTD Kerax Photo Nouvelles du SEA
Kerax 1.jpg (675.98 Kio) Consulté 1694 fois


CCT 10m3 Blindé.jpg
Camion Scania 10m3 avitailleur-ravitailleur Photo Nouvelles du SEA
CCT 10m3 Blindé.jpg (111.45 Kio) Consulté 1694 fois

Messagepar Marco56 » 13 Septembre 2011, 23:08
J'en ai d'autres:
Cote d'Ivoire.jpg
Convoi pétrolier et réception de produits en Côted'Ivoire - Photo Nouvelles du SEA
Cote d'Ivoire.jpg (30.6 Kio) Consulté 1691 fois

GIP 1.jpg
Bac souples de 300m3 en exploitation - Photo Nouvelles du SEA
GIP 1.jpg (59.08 Kio) Consulté 1691 fois

GIP 2_0002.jpg
Avitaillement de Tigre HAP - Photo Nouvelles du SEA
GIP 2_0002.jpg (49.31 Kio) Consulté 1691 fois

Messagepar Marco56 » 14 Septembre 2011, 00:02
Encore:
Bacs Beyrouth.jpg
Bacs de 300m3 Prêtés, montés & démontés par le SEA à Beyrouth International Airport - Photo Nouvelles du SEA
Bacs Beyrouth.jpg (31.34 Kio) Consulté 1689 fois

CCT Scania 10m3.JPG
CCT 10m3 avitailleur-ravitailleur Scania - Photo Nouvelles du SEA
CCT Scania 10m3.JPG (33.11 Kio) Consulté 1689 fois

CCT 10m3 Blindé.jpg
Le même, mais blindé ! Photo Nouvelles du SEA
CCT 10m3 Blindé.jpg (111.45 Kio) Consulté 1689 fois
:costaud:

Messagepar little boy » 08 Août 2012, 15:13
petit up.

j'ai souvenir qu'il y a quelque mois, on prévoyait de puiser dans les stocks stratégiques.
apparemment cela n'a pas été fait.

pourquoi doit-on demander l'autorisation à d'autre pays sachant que c'est du stock national.
il y a-t-il mutualisation des stocks?

En gros, on a pas trop à s'en faire pour l'armée en cas de problème majeur ?

j'ai vu 90 jours de stock (17 millions de tonnes, mais est-ce pour le civil et militaire?

comment se réorganise le restockage?

les pilotes de chasse font du bruit.
les pilotes de bombardiers font l'histoire.

ex-AMN 3700 messages 1 janvier 2006
Messagepar Sharky 125 » 08 Août 2012, 18:05
Une grosse partie des stock des produits rafinés est sous controle OTAN comme par exemple le dépot souterrain de Fos sur Mer, pour puiser dedans je pense qu'il doit falloir un visa NATO. Les stocks de brut et de gaz sont purement français; stockages de Manosque.

On peut défier le ciel, mais il ne faut pas se moquer de lui.

J-M Saget
Messagepar Marco56 » 10 Novembre 2013, 17:06
Bonjour à tous, après 3ans de mise en sommeil pour cause de boulot, je reviens déterrer mon topic car je suis libre comme l'air puisque j'ai retraite définitive. Après avoir parlé de al BPIA, Je vous prépare un mémo concernant la DELPIA.

Messagepar Sharky 125 » 10 Novembre 2013, 18:17
Sois le bienvenu au club des retraités.

On peut défier le ciel, mais il ne faut pas se moquer de lui.

J-M Saget
Messagepar d9pouces » 10 Novembre 2013, 18:40
Bienvenu au club ! :merlin:


euh ... ah bah non, je ne suis pas prêt d'en faire partie, en fait :interr:

Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.
Terry Pratchett

Connexion

Connexion auto.

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité