Messagepar ciders » 21 Mai 2017, 14:45
Historique :

Dans la seconde moitié des années 1930, un grand nombre de pays occidentaux succombèrent à une "mode" aéronautique, celle des chasseurs lourds bimoteurs à long rayon d'action. Supposés être mieux armés, plus endurants et plus polyvalent que les chasseurs monomoteurs de l'époque, ces appareils ne devaient avoir que des avantages et devaient pouvoir assurer aussi bien des missions de chasse que d'escorte des bombardiers. C'est à cette période que l'on vit apparaître toutes sortes de projets dont certains arrivèrent au stade opérationnel, les plus connus étant le Messerschimtt Bf 110 allemand et le Bristol Beaufighter britannique.

Au printemps 1937, l'état-major de la composante aérienne de l'Armée impériale japonaise fit appel à trois constructeurs pour qu'ils développent un appareil de ce type. Les spécifications requises étaient ambitieuses : le futur appareil devait être un biplace, pouvoir atteindre les 540 km/h à une altitude de 3 500 mètres, avoir une autonomie de près de cinq heures 4 h 40 à vitesse de croisière, plus trente minutes en vitesse de combat) et pouvoir voler efficacement entre 2 000 et 5 000 mètres d'altitude. Les Nakajima Ki-37 et Mitsubishi Ki-39 disparurent rapidement de la scène, même si les travaux de Mitsubishi servirent par la suite à la conception du Ki-46 de reconnaissance. Il ne resta plus en lice que Kawasaki.

En janvier 1938, le constructeur confia le projet Ki-38 à son ingénieur en chef, Takeô Doï. Ce dernier avait été formé par Richard Vogt, un ingénieur allemand ayant travaillé pour Kawasaki dans les années 1920 et 1930, et avait pu également voyager en Europe et s'imprégner des concepts et des technologies alors en vogue à cette période. Rebaptisé Ki-45, le programme s'accéléra et déboucha sur la présentation d'un premier prototype en 1939 suivi par deux autres. Mais les essais en vol furent un cuisant échec : bien que l'aérodynamisme de l'appareil fut à première vue assez travaillée, il apparut rapidement qu'il restait encore beaucoup de travail. Pire encore, les moteurs choisis pour propulser le Ki-45, des Bristol Mercury de 820 ch fabriqués sous licence par Nakajima (Ha-20 Otsu) se révélèrent insuffisants. La vitesse obtenue était en deçà des attentes et leur taille imposante générait une importante traînée.

Doï reprit ses plans et remit son équipe à l'ouvrage. Huit autres prototypes furent mis en chantier. Le choix de remplacer les Ha-20 par deux Nakajima Ha-25 de 950 ch se révéla plus satisfaisant mais ce n'était pas encore acceptable. D'autres modifications furent intégrées comme l'accroissement de la surface alaire par une modification de la voilure, des nacelles moteurs plus lisses et aérodynamiques, un train d'atterrissage mécanique remplaçant l'ancien système manuel et s'intégrant désormais complètement dans les dites nacelles. Tous ces efforts prirent du temps mais finirent par payer. En janvier 1942, l'Armée impériale enfin satisfaite passa commande du Ki-45. Comme il avait été profondément modifié depuis le début du programme, il fut rebaptisé Ki-45 Kaï Kô (pour Kaïzo, "modifié" en japonais). Son nom de baptême officiel était Rikugun Ni-Shiki Fuku-za Sentô-ki (chasseur biplace de l'Armée type 2 modèle A). Il reçut un surnom évocateur, Toryû, le tueur de dragons.

Le nouvel appareil se présentait comme un chasseur biplace avec une voilure cantilever implantée en position médiane sur le fuselage. Le train d'atterrissage se composait de deux jambes principales portant chacune une roue disparaissant dans chaque nacelle moteur et d'une roulette de queue partiellement rétractable. Le long habitacle accueillait les deux membres d'équipage, installés en tandem et disposant chacun d'une verrière à ouverture latérale. Les deux moteurs Ha-25 installés de série permettaient au Ki-45 Kaï Kô d'atteindre les 547 km/h à une altitude de 7 000 mètres. L'autonomie de l'avion était également importante et pouvait être accrue par l'emport de deux réservoirs largables sous voilure. Il est à noter que contrairement à beaucoup d'appareils japonais, le Ki-45 Kaï Kô disposait d'emblée de réservoirs protégés.

L'une des autres différences entre cet avion et les autres chasseurs de l'Armée impériale était son armement de bord. Il était bien plus lourd que celui des Ki-27 (deux mitrailleuses de 7,7 mm) ou des Ki-43-I (une mitrailleuse de 12,7 mm et une mitrailleuse de 7,7 mm). Il fut question dès le départ d'y implanter un canon : ce fut un Ho-103 calibre 20 mm monté sous le fuselage, juste sous les pieds du mitrailleur arrière qui pouvait y avoir accès en cas de problème mécanique. Il y fut adjoint deux mitrailleuses calibre 12,7 mm dans le nez, une troisième mitrailleuse calibre 7,7 mm étant servie à l'arrière par le mitrailleur. Les deux points d'emport sous voilure étaient suffisamment solides pour pouvoir porter chacun une bombe de 250 kilos. Ainsi équipé, le Ki-45 Kaï Kô était théoriquement capable de s'en prendre à n'importe quel appareil allié qu'il croiserait sur son chemin. Mais les choses furent quelque peu différentes.

La production du Ki-45 Kaï Kô démarra véritablement en 1942 et s'accrut progressivement pour atteindre en moyenne une quinzaine d'exemplaires par mois dans l'usine Kawasaki de Gifu. Les premiers appareils opérationnels furent déployés en Chine puis en en Birmanie et en Indochine où ils durent escorter des bombardiers. Ils s'y révélèrent aussi incapables que les Bf 110 allemands à contrer les attaques de chasseurs monomoteurs plus légers et plus manœuvrables qu'eux, voire à se protéger eux-mêmes. En revanche, les équipages japonais découvrirent rapidement qu'ils se montraient beaucoup plus utiles dans les missions d'attaque au sol et contre le trafic maritime, ainsi que contre les bombardiers adverses. Ce fut le cas en Nouvelle-Guinée où il se révéla très efficace dans les attaques des petites unités alliées (notamment les patrouilleurs lance-torpilles) mais aussi contre les troupes au sol. Les Alliés lui attribuèrent le nom de code "Nick".

Kawasaki comprit qu'il pouvait améliorer son appareil et le tourner davantage vers ce type de missions. En conséquence, Takeô Doï et ses collègues développèrent une variante dotée de davantage de puissance de feu, le Ki-45 Kaï Otsu (type 2 modèle B), présenté au début de l'année 1943. Ce nouveau modèle incorporait deux modifications majeures : le remplacement des Ha-25 par des Mitsubishi Ha-102 de 950 ch (1 080 ch au décollage) et du canon Ho-103 par un Type 94 calibre 37 mm (15 obus embarqués) dérivé d'une arme antichar de l'Armée impériale. Légèrement plus petit que le Ha-25, le Ha-102 permit de gagner en puissance et en aérodynamisme mais le Kaï Otsu étant plus lourd que le le Kaï, les performances restèrent les mêmes. Le nouveau canon posa quant à lui un autre problème : il n'avait pas été conçu pour être aéroporté mais servi par plusieurs soldats au sol. Son système de chargement au coup par coup obligeait le mitrailleur à l'alimenter avant chaque tir via le même accès existant auparavant pour réparer au besoin le Ho-103. En plein combat, une telle manœuvre ne pouvait être satisfaisante et elle obligeait le pauvre homme à faire des choix potentiellement dramatiques entre servir sa propre mitrailleuse ou alimenter le canon ventral.

En fin de compte, le Kaï Otsu ne rentra jamais véritablement en service (peut-être vingt unités au grand maximum). Il fut remplacé en mai 1943 par ce qui allait devenir la variante la plus prolifique du Ki-45, le Ki-45 Kaï Heï.

.................................................................................................

Caractéristiques :

Version :

Kawasaki Ki-45 Kaï Kô (chasseur lourd de l'Armée type 2 modèle A)

Type :

Chasseur lourd

Équipage :

2 hommes (pilote, mitrailleur)

Motorisation :

2 Nakajima Ha-25 de 14 cylindres en double étoile, à refroidissement par air, développant 950 ch (990 ch au décollage)

Poids :

Masse à vide : 3 695 kg
Masse maximale au décollage : 5 276 kg

Performances :

Vitesse maximale : 547 km/h à 7 000 m
Vitesse ascensionnelle : 5 000 m en 6 mn 17 s
Plafond pratique : 10 700 m
Autonomie : 2 260 km

Dimensions :

Envergure : 15,02 m
Hauteur : 3,70 m
Longueur : 10,60 m
Envergure : 32 mètres carrés

Armement :

Deux mitrailleuses frontales Ho-101 calibre 12,7 mm dans le nez (250 cartouches chacune)
Un canon ventral Ho-3 calibre 20 mm (2 tambours de 50 obus chacun)
Une mitrailleuse arrière orientable Type 98 calibre 7,92 mm (15 magasins de 75 cartouches chacun)
Deux points d'emport sous voilure, chacun pouvant porter une bombe de 250 kilos ou un réservoir auxiliaire largable

Pays utilisateurs :

Japon (armée impériale), Chine (communistes ; sans certitudes sur la version employée)

.................................................................................................

Sources :


- Bernard Baeza, Les avions de l'armée impériale japonaise, 1910-1945, Éditions Lela Presse, 2011
- https://en.wikipedia.org/wiki/Kawasaki_Ki-45
- http://encyclopedie-des-armes.com/index ... i-45-toryu
- http://www.militaryfactory.com/aircraft ... aft_id=490
- http://www.daveswarbirds.com/Nippon/aircraft/Nick.htm
- http://www.aviastar.org/air/japan/kawasaki_ki-45.php
- http://www.airwar.ru/enc/fww2/ki45.html

.................................................................................................

Images :

:arrow: Ki-45 Kaï Kô du 4è Hikô-Sentaï
:arrow: Ki-45 Kaï Kô aux Philippines sur le terrain d'aviation de Clark, au printemps 1944
:arrow: Poste arrière d'un Ki-45 Kaï Kô

Ah que je destroye tout ! Ou pas. :p

Sur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
Messagepar ciders » 21 Mai 2017, 14:46
Historique :

En mai 1943, Kawasaki démarra la production du Kaï Heï (type 2 modèle C) dans son usine d'Akashi. Cette variante voyait la disposition de son armement légèrement modifiée. Les deux mitrailleuses calibre 12,7 mm disparurent, remplacées par un unique canon calibre 37 mm Ho-203 (dont l'installation entraîna la modification du nez, qui devint pointu). Celui-ci avait l'avantage d'être alimenté automatiquement par un chargeur-tambour de quinze obus. Il était également plus léger que le Type 94 (89 kilos contre 122 kilos) et avait une cadence de tir bien supérieure (140 coups/minute contre un coup toutes les trente secondes). En revanche, la mitrailleuse arrière, le canon ventral et la capacité d'emport de bombes demeurèrent. Ainsi armé, le Ki-45 pouvait s'en prendre beaucoup plus efficacement aux robustes bombardiers américains, notamment les Boeing B-17 et les Consolidated B-24.

La menace grandissante posée par ces bombardiers et les retours d'expérience de la chasse de nuit en Allemagne et dans la Marine impériale furent à l'origine d'une quatrième variante du Ki-45. Il semble que l'idée d'installer des armes en position oblique dans le fuselage de Ki-45 avait déjà été essayé sur le terrain. Le système fut généralisé sur le Ki-45 Kaï Teï (type 2 modèle D) qui entra en production en avril 1944, toujours à Akashi. Désormais dépourvu de mitrailleuses, le chasseur était désormais équipé de son canon frontal calibre 37 mm et surtout de deux canons Ho-5 calibre 20 mm implantés dans la partie supérieure de l'habitacle, juste derrière le poste de pilotage. Ces canons, montés selon un angle de 32°, étaient servis par le mitrailleur. Ils étaient alimentés par deux cents obus chacun. Ainsi équipés, les Ki-45 furent de plus en plus engagés contre les bombardiers américains, parvenant à en abattre un nombre significatif grâce à leur puissance de feu. Mais ils ne pouvaient pas contrer efficacement les Boeing B-29 qui volaient plus vite et plus haut, d'autant plus qu'ils ne furent jamais équipés d'un radar de détection. Enfin, à partir du printemps 1945, les Ki-45 durent aussi faire face aux escortes des bombardiers, notamment aux Grumman F-6 Hellcat et North American P-51 Mustang qui représentaient de redoutables adversaires.

Fin 1944, une ultime variante du Ki-45 fut développée à la demande de l'état-major. Elle devait être optimisée pour les missions d'attaque. Le Kaï Bo (type 2 modèle E) était un Kaï Heï équipé d'un canon Ho-301 calibre 40 mm dans le nez et d'une unique mitrailleuse arrière calibre 7,92 mm, plus deux bombes de 250 kilos. Emportant dix obus, le Ho-301 était un lance-grenades modifié qui tirait des projectiles de faible portée (150 mètres) et à faible vitesse initiale. En conditions opérationnelles, il était particulièrement difficile de réussir un tir sans être mis en échec par l'escorte, les mitrailleuses défensives des bombardiers visés ou la défense antiaérienne. Il n'est pas difficile d'expliquer qu'avec de tels handicaps, le Kaï Bo ait été un échec. Seuls quelques exemplaires furent modifiés à ce standard et leur contribution à l'effort de guerre japonais demeura mineure.

Les dernières missions des Ki-45 furent aussi désespérées que celles des autres chasseurs japonais. Devant être remplacés par le Kawasaki Ki-102, les derniers Ki-45 encore opérationnels furent utilisés jusqu'à leurs limites, certains étant intégrés dans des unités spéciales (les Shinten Seiku-taï) dont les pilotes devaient éperonner en vol les bombardiers américains. D'autres furent engagées dans des missions d'attaque-suicide, notamment contre la flotte américaine déployée à Iwo Jima. A cette occasion, deux Ki-45 détruisirent le destroyer USS Dickerson le 3 avril 1945.

Au bout du compte, la production totale du Ki-45 se monta à 1 701 exemplaires répartis de la façon suivante : onze prototypes, 622 modèles A, 595 modèles B et 473 modèles C.


.................................................................................................

Caractéristiques :

Version :

Kawasaki Ki-45 Kaï Heï (chasseur lourd de l'Armée type 2 modèle C)

Type :

Chasseur lourd

Équipage :

2 hommes (pilote, mitrailleur)

Motorisation :

2 Mitsubishi Ha-102 de 14 cylindres en double étoile, à refroidissement par air, développant 950 ch (1 080 chch au décollage)

Poids :

Masse à vide : 4 000 kg
Masse maximale au décollage : 5 500 kg

Performances :

Vitesse maximale : 535 km/h à 6 000 m
Vitesse ascensionnelle : 5 000 m en 7 mn
Plafond pratique : 10 000 m
Autonomie : 1 900 km

Dimensions :

Envergure : 15,02 m
Hauteur : 3,70 m
Longueur : 10,60 m
Envergure : 32 mètres carrés

Armement :

Un canon Ho-203 calibre 37 mm dans le nez (15 obus)
Un canon ventral Ho-3 calibre 20 mm (2 tambours de 50 obus chacun)
Une mitrailleuse arrière orientable Type 98 calibre 7,92 mm (15 magasins de 75 cartouches chacun)
Deux points d'emport sous voilure, chacun pouvant porter une bombe de 250 kilos ou un réservoir auxiliaire largable

Pays utilisateurs :

Japon (armée impériale), Chine (communistes ; sans certitudes sur la version employée)

.................................................................................................

Sources :


- Bernard Baeza, Les avions de l'armée impériale japonaise, 1910-1945, Éditions Lela Presse, 2011
- https://en.wikipedia.org/wiki/Kawasaki_Ki-45
- http://encyclopedie-des-armes.com/index ... i-45-toryu
- http://www.militaryfactory.com/aircraft ... aft_id=490
- http://www.daveswarbirds.com/Nippon/aircraft/Nick.htm
- http://www.aviastar.org/air/japan/kawasaki_ki-45.php
- http://www.airwar.ru/enc/fww2/ki45.html

.................................................................................................

Images :

:arrow: Alignement de Ki-45 Kaï Heï du 53è Hikô-Sentaï sur le terrain de Matsudo fin 1944
:arrow: Vue des deux canons obliques du Ki-45 Kaï Teï
:arrow: Certainement la plus célèbre photo montrant un Ki-45, ici un Kaï Teï du 53è Hikô-Sentaï en novembre 1944

Ah que je destroye tout ! Ou pas. :p

Sur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
Messagepar Clansman » 23 Mai 2017, 13:31

Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice... et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).

>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum
>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
Messagepar Cinétic » 23 Mai 2017, 21:13
ciders a écrit: remplacées par un unique canon calibre 37 mm Ho-203 (dont l'installation entraîna la modification du nez, qui devint pointu). Celui-ci avait l'avantage d'être alimenté automatiquement par un chargeur-tambour de quinze obus.

Un canon Ho-203 calibre 37 mm dans le nez (2 tambours de 50 obus chacun)


Une petite erreur ? :)

Mieux vaut poser une question et avoir l' air idiot 5 minutes que de se taire et de le rester.



Le meilleur bretteur au monde ne craint point son dauphin, il craint le pire bretteur au monde, parce ce qu' il est incapable de deviner ce que cet imbécile va faire.
Messagepar Clansman » 24 Mai 2017, 06:34
Une fiche comme celle-là, ça peut arriver en effet. A moins que ce ne soit des sources contradictoires.

Ca me fait penser : pour le Kaï Kô (model A), c'est un Ho-3 ou un Ho-103 ?

Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice... et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).

>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum
>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
Messagepar ciders » 24 Mai 2017, 12:39
Ho-3 calibre 20 mm pour le Kaï Kô. Pour le chargeur-tambour, c'est une erreur de copier-coller. Le Ho-203 n'emportait que quinze obus dans un chargeur-tambour.

Ah que je destroye tout ! Ou pas. :p

Sur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
Messagepar Clansman » 24 Mai 2017, 15:48
Tout est corrigé.

Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice... et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).

>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum
>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.

Connexion

Connexion auto.

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)