Messagepar stanak » 01 Juin 2016, 17:40
Chasseur biplan de construction allemande
produit de 1917 à 1918 à environ 2500 exemplaires

D.Va (réplique)
Image

Messagepar Jericho » 11 Février 2019, 12:56
On dit toujours "Une image vaut mieux que mille mots".
On a déjà l'image, je peux y aller avec les mots... :bonnet:



Albatros D.V :

Chasseur biplan allemand de la première guerre mondiale.

Après la mise en service de l’Albatros D.III en 1916, l’Idflieg (Inspektion der Fliegertruppen - Inspection des troupes d'aviation) demande une version permettant d’exploiter tout le potentiel de l’appareil. En effet, plusieurs accidents ont été provoqués après la rupture de l’aile inférieure à grande vitesse suite à des déficiences structurelles.

Le constructeur allemand Albatros Flugzeugwerke fait voler le D.IV, un avion d’essai motorisé par Mercedes D III de 170ch, à la fin de l’année 1916. S’il reprend les ailes du D.II, qui ne posent pas de problèmes à grande vitesse, il est en revanche muni d’un nouveau fuselage de section elliptique construit à l’aide de huit longerons en épicéas sur lesquels sont vissés des panneaux en bois contreplaqué. Cet appareil sera utilisé jusqu’en avril 1918, par le constructeur Albatros, pour tester de nombreux autres moteurs.

Par la suite, deux prototypes désignés L 22 chez Albatros sont conçus par l’ingénieur Robert Thelen. Ils effectuent leurs premiers vols en février ou mars 1917. Équipés de l’empennage et du fuselage de section elliptique de l’avion d’essai D.IV, ils sont présentés comme une version allégée du D.III avec leur nouveau fuselage pesant 32kg de moins. La voilure reste très proche, mais l’aile supérieure est abaissée de 12cm et abrite désormais les câbles du système de commande des ailerons, alors qu’un second longeron est ajouté pour renforcer l’aile inférieure. L’empennage est semblable à celui construit par Johannisthal pour le D.III et un appuie-tête est installé pour améliorer le confort du pilote. Le radiateur est déplacé latéralement vers la droite pour que le pilote de ne soit plus ébouillanté en cas de fuite due à l’impact d’une balle. L’armement est constitué de deux mitrailleuses synchronisées MG 08/15 de 7,92mm installées sur le capot et tirant au travers de l’hélice.

Ces prototypes semblent être brièvement évalués en avril par l’Idflieg (Inspektion der Fliegertruppen - Inspection des troupes d'aviation) qui effectue des tests structurels du fuselage, mais les ailes n’auraient étonnamment pas été testées. Suite à cette évaluation, 200 D.V sont immédiatement demandés, avant une seconde commande de 400 autres exemplaires en mai et une troisième de 300 appareils en juillet.

Sur les avions de série, différentes modifications sont effectuées et la dérive de plus grande taille, déjà installée sur les D.III construits par OAW (Ostdeutsche Albatros Werke), est sélectionnée, de même qu’une petite quille ventrale au-dessous de la dérive. Certains D.V qui sont envoyés dans des régions au climat particulièrement chaud, comme en Palestine, reçoivent un second radiateur.

Les premiers D.V sont livrés à la Luftstreitkräfte en mai 1917 et arrivent au front en juillet suivant. L’appuie-tête est généralement démonté, car il diminue la visibilité vers l’arrière. Malgré les améliorations apportées, le D.V démontre les mêmes faiblesses structurelles sur son aile inférieure, de plus les sections extérieures de l’aile supérieure et le fuselage montrent également des défaillances, ce qui nécessite des modifications et des ajouts de renforts métalliques. Au final, si le D.V ne résout pas les problèmes rencontrés sur le D.III, il n’offre pas non plus des performances supérieures, au point que Manfred von Richthofen écrit en juillet 1917 :

"Il est si ridiculement démodé et si ridiculement inférieur aux avions anglais que l’on ne peut rien faire avec cet avion." Après avoir testé un D.V capturé aux allemands, les pilotes britanniques le décrivent comme lent à manœuvrer et fatiguant à piloter à cause de commandes de vol trop dures.

Une nouvelle version motorisée par un Mercedes D IIIa de 185ch et munie d’un fuselage et d’ailes renforcés est proposée au début de l’automne. Lors de l’évaluation, il apparaît que les modifications apportées ne résolvent pas tout, mais des problèmes structuraux encore plus importants sur le Fokker Dr.I et les performances très insuffisantes du Pfalz D.III ne laissent pas d’autre choix à l'Idflieg que de compenser la qualité de ses avions par le nombre. Par conséquent, un total de 1'662 Albatros D.Va est commandé en automne 1917, dont 600 qui doivent être construits par OAW. Arrivés dans les unités se battant sur le front, le constat n’est pas réjouissant : la puissance supplémentaire compense tout juste l’augmentation de la masse et la structure reste fragile. De plus, les câbles de commande des ailerons ne sont plus situés dans les ailes supérieures et sont donc plus vulnérables. Par la suite, de légères modifications permettent de limiter les vibrations et de diminuer les risques de ruptures des longerons d’ailes.

Les Albatros D.V et D.Va ont été les chasseurs allemands les plus répandus pendant la guerre, avec respectivement 900 et 1’662 exemplaires mis en service. Ils ont équipé 35 escadrilles des troupes aériennes royales prussiennes (Königlich Preußische Fliegertruppe), 9 escadrilles des troupes aériennes royales bavaroises (Königlich Bayerische Fliegertruppe), 1 escadrille des troupes aériennes royales de Saxe (Königlich Sachsen Fliegertruppe), 2 escadrilles des troupes aériennes royales du Württemberg (Königlich Württemberg Fliegertruppe) et 3 escadrilles de la Marine (Kaiserliche Marine).

Ce sont également les derniers chasseurs conçus par Albatros à avoir été commandés par l’Idflieg. En mai 1918, on dénombre encore 131 D.V et 928 D.Va sur le front ouest et, même si sa production cesse avec l’entrée en service du Fokker D.VII au cours de l’été 1918, environ 400 exemplaires sont encore utilisés au moment de l’Armistice.

Un certain nombre d’Albatros D.V et D.Va sont utilisés après guerres par quelques pays. La Marine polonaise et la force aérienne ottomane en utilisera un certain nombre pendant encore quelques années. L’armée suisse en utilisera également un exemplaire de 1918 à 1921.

On peut encore observer deux Albatros D.Va : le D.7161/17 exposé au National Air and Space Museum de Washington DC et le D.5390/17 exposé à l'Australian War Memorial de Canberra, en Australie.



Versions :
Albatros L 22 : Désignation d’usine de l’Albatros D.V.

Albatros L 36 : Désignation d’usine de l’Albatros Dr.I.

Albatros D.V : Version initiale motorisée par un Mercedes D.IIIa de 170ch commandée à 900 exemplaires.
Les numéros de séries sont : D.1000/17 à D.1199/17 (200 commandés en avril 1917) ; D.1962/17 à D.2361/17 (400 commandés en mai 1917) et D.4403/17 à D.4702/17 (300 commandés en juillet 1917).

Albatros D.Va : Version renforcées et plus lourde, motorisée par un Mercedes D.IIIaü de 180ch, 1’662 exemplaires construits.
Les ailes et le fuselage sont renforcés, ce qui accroit sa masse. Les câbles de contrôle des ailerons ne sont passent plus à l’intérieur des ailes supérieures. Légèrement plus puissant, ses performances sont semblables à celle de la version de base du fait de l’augmentation de sa masse à vide.
Les 1’062 D.Va construits par Albatros Flugzeugwerken ont les N° de séries : D.5165/17 à D.5426/17 (262 exemplaires), D.5600/17 à D.5849/17 (250 exemplaires) et D.7000/17 à D.7549/17 (550 exemplaires).
Les 600 D.Va construits par OAW (Ostdeutschen Albatros-Werke) ont les N° de série D.6400/17 à D.6999/17.

Albatros D.VII : Prototype semblable au D.V, mais motorisé par un Benz Bz IIIb à 8 cylindres en ligne de 195ch et muni d’un mât reliant les deux ailerons de chaque côté.

Albatros Dr.I : Prototype constitué d’un fuselage de D.V sur lequel des ailes triplan sont montées, jamais commandé.
Le Dr.I possède le fuselage, le moteur Mercedes D IIIa, l’empennage, le train d’atterrissage et les deux mitrailleuses du D.V, mais des ailes en triplan, d’une envergure de 8,70m, remplacent celles d’origine. En 1917, une évaluation comparative avec un D.V de série démontre que la formule triplan n’améliore pas les performances, ce qui condamne le projet.



Utilisateurs militaires :
Empire Allemand : 700 D.V commandés en mai et juillet 1917 et 1’600 D.Va commandés en automne 1917 pour équiper un total de 47 escadrilles des troupes aériennes (Luftstreitkräfte) et 4 escadrilles de la Marine (Kaiserliche Marine).

Pologne : un certain nombre d’Albatros D.Va sont cédés à la Pologne après la fin de la Première Guerre mondiale et utilisés au sein de la Marine polonaise.

Suisse : un Albatros D.Va est utilisé par l’armée suisse de 1918 à 1921.

Turquie : probablement quelques exemplaires (entre 1 et 7) d’Albatros D.V et/ou D.Va au sein de la force aérienne ottomane.



Caractéristiques et performances de l'Albatros D.V :
Equipage : 1
Longueur : 7,33m
Envergure : 9,05m
Hauteur : 2,7m
Surface alaire : 20,3m2
Masse à vide : 687kg
Masse maximale au décollage : 915kg
Points d’attache : 0
Moteurs : un moteur à pistons Mercedes D.III de 125kW (170ch)
Vitesse max basse altitude: 180km/h
Vitesse ascensionnelle : 4,17m/s
Plafond opérationnel : 6’500m
Endurance : 2h
Distance franchissable : 380km
Armement : 2 mitrailleuses LMG 08/15 de 7,92mm


Caractéristiques et performances de l'Albatros D.Va :
Equipage : 1
Longueur : 7,33m
Envergure : 9,05m
Hauteur : 2,70m
Surface alaire : 20,3m2
Masse à vide : 730kg
Masse maximale au décollage : 937kg
Points d’attache : 0
Moteurs : un moteur à pistons Mercedes D.IIIa de 134kW (180ch)
Vitesse max basse altitude: 187km/h
Vitesse ascensionnelle : 4,17m/s
Plafond opérationnel : 6’250m
Endurance : 2h
Distance franchissable : 350km
Armement : 2 mitrailleuses LMG 08/15 de 7,92mm



Liens internet :
https://de.wikipedia.org/wiki/Albatros_D.V
https://en.wikipedia.org/wiki/Albatros_D.V
https://www.militaryfactory.com/aircraf ... aft_id=392
https://encyclopedie-des-armes.com/inde ... batros-d-v

" J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein

Une belle et bonne raclée comme on aime par ici!
Messagepar Clansman » 12 Février 2019, 16:58

Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice... et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).

>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum
>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
Messagepar Jericho » 12 Février 2019, 17:24
Clansman a écrit:La fiche sur le site
Merci Clansman! :D

" J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein

Une belle et bonne raclée comme on aime par ici!

Connexion

Connexion auto.

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron