Messagepar Jericho » 19 Novembre 2016, 09:51
Le Boulton Paul P.120 est un avion expérimental monoplace, monoréacteur, muni d’ailes en delta en position médiane, d’un train d’atterrissage tricycle escamotable, d’une dérive en flèche et d’un empennage horizontal au 3/4 de celle-ci.

Après la seconde guerre mondiale, le Royaume Uni s’intéresse aux travaux effectués par les ingénieurs allemands durant le conflit. Le constructeur Boulton Paul Aircraft Ltd met au point un appareil expérimental désigné P.111 pour répondre à une spécification gouvernementale concernant l’étude d’avions munis d’ailes en delta.
Cet avion monoréacteur, qui effectue son premier vol en 1950, possède une structure entièrement métallique et est muni d’ailes médianes en delta. S’il est équipé d’une dérive triangulaire, il ne possède pas d’empennages horizontaux. Suite à un atterrissage sur le ventre, il est réparé et quelques modifications permettant d’améliorer son pilotage lui sont apportées. Redésigné P.111A, il est utilisé par le RAE (Royal Aircraft Establishment) à partir de 1953 pour évaluer les caractéristiques aérodynamiques des différentes configurations des ailes delta, tronquées ou non, jusqu’à des vitesses de l’ordre de Mach 0,95 à 0,98.

Entre temps, il est décidé d’évaluer quelles améliorations un empennage horizontal pourrait apporter à cette configuration alaire. Et c’est également Boulton Paul qui s’y attèle avec le P.120. Cet avion est très proche du P.111, la différence la plus visible réside dans l’empennage constitué d’une dérive en flèche munie, aux trois quarts de sa hauteur, d’un empennage horizontal en delta. La section de fuselage et l’entrée d’air frontale de forme ovale, le réacteur Rolls-Royce Nene RN2 et le cockpit offrant une visibilité latérale médiocre au pilote sont semblables au P.111A. Les ailes en delta en position médiane ont leurs extrémités légèrement tronquées, mais contrairement au P.111, elles ne sont pas amovibles. De plus, elles sont munies de cloisons pour améliorer leurs performances. Le train d’atterrissage est également tricycle et entièrement escamotable.
Son numéro de série est le VT951.

Le premier vol a lieu le 6 août 1952, sur la base du RAE (Royal Aircraft Establishment) de Boscombe Down, piloté par Alexander E. "Ben" Gunn. Lors de ce vol, le pilote rencontre quelques problèmes au décollage. En effet, l’incidence de l’empennage nécessaire au décollage a été mal calculée et le pilote doit forcer quelques peu sur les commandes pour réussir à arracher l’appareil de la piste. Par la suite, après de nouveaux réglages, les vols effectués se passent correctement et l’appareil est jugé agréable à piloter. Rapidement, il est clair qu’il est plus facile à contrôler que le P.111.
Durant les 23 jours suivants, l’appareil a effectué 20 vols d’une durée totale de plus de 11h. Pendant cette période, il est peint en noir brillant avec une ligne jaune sur le côté et est alors surnommé officieusement "Black-Widowmaker".

Le 29 août de cette année-là, alors qu’il volait à 5'000 pieds (environ 1’500m), le pilote "Ben" Gunn entend une forte détonation et l’appareil se met immédiatement à partir en tonneaux sur la gauche. Le pilote arrive difficilement à stabiliser l’appareil, mais après une demi-heure d’effort à essayer de reprendre entièrement le contrôle du P.120, il lui parait évident qu’il n’arrivera pas à se poser à Boscombe Down et qu’il va devoir s’éjecter. Au moment où il lâche les commandes pour l’éjection, l’appareil repart en tonneaux et le pilote se retrouve éjecté vers le bas! Le parachute et les arbres lui permettent de se poser un peu sonné, mais sans blessure importante. Le P.120 s’écrase au sol sans faire de victime et "Ben" Gunn devient le premier pilote à s’éjecter d’un avion à ailes en delta. Les résultats de l’enquête montrèrent que l’élevon gauche a lâché suite à des fatigues structurelles, entrainant la perte de contrôle de l’appareil.

Dans un premier temps, il est envisagé d’attendre la fin des essais du P.111A pour le modifier avec un empennage identique au P.120, ce qui permettrait de finir l’étude aérodynamique déjà commencée, mais cette solution est finalement abandonnée.
Le P.120 reste le dernier avion fabriqué par le constructeur aéronautique Boulton Paul à avoir volé.


Versions :
P.120 : Version de base propulsée par un réacteur Nene RN2, muni d’ailes en delta et d’un empennage horizontal sur la dérive en flèche ; un exemplaire construit.


Utilisateurs militaires :
Royaume-Uni : Un appareil au sein du RAE (Royal Aircraft Establishment) du 6 au 29 août 1952.

Caractéristiques :
Equipage : 1
Passagers : 0
Longueur : 9,03m
Envergure : 10,20m
Hauteur : 2,91m
Surface alaire : 26,96m2
Masse à vide : 4’844kg
Masse en charge au décollage : 5’718kg
Points d’attache : 0

Moteurs :
Un turboréacteur Rolls-Royce Nene RN2 de 22,7kN (2’310kgp).

Performances :
Vitesse max : 833km/h


Armement :
Sans.


Liens internet :
https://en.wikipedia.org/wiki/Boulton_Paul_P.120
http://www.aviastar.org/air/england/boulton_p-120.php
http://www.airwar.ru/enc/xplane/p120.html
http://www.gracesguide.co.uk/Boulton_Pa ... aft:_P.120

" J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein

Une belle et bonne raclée comme on aime par ici!
Messagepar Clansman » 19 Novembre 2016, 13:24

Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice... et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).

>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum
>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
Messagepar Jericho » 20 Novembre 2016, 11:05

Le petit frère et moi-même te remercions! :D

" J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein

Une belle et bonne raclée comme on aime par ici!

Connexion

Connexion auto.

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)