Messagepar Guns » 07 Avril 2010, 06:16

Messagepar Vigi » 11 Mai 2010, 20:32
En Chine aussi les avions tombent...Le J-10 en particulier.

Messagepar ciders » 11 Mai 2010, 20:36
Et en plus, il tombe devant un public. Pas de quoi favoriser sa carrière commerciale.

Ah que je destroye tout ! Ou pas. :p

Sur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
Messagepar d9pouces » 12 Mai 2010, 00:00
Je n'ai pas souvenir d'avoir lu des trucs au sujet de tels problèmes dans l'Air Fan sur le J10, tiens.

Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.
Terry Pratchett
Messagepar ciders » 12 Mai 2010, 09:15
Peut-être parce que ce sont justement ces trucs qu'on cherche à cacher à tout prix, surtout aux journalistes étrangers. :bonnet:

Ah que je destroye tout ! Ou pas. :p

Sur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
Messagepar d9pouces » 12 Mai 2010, 09:20
Certes, mais ce genre de trucs finit toujours par fuir, non ?

Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.
Terry Pratchett
Messagepar ciders » 12 Mai 2010, 09:48
Tu remarqueras que si un avion indien tombe par semaine, aucun avion chinois ne tombe jamais. Pourtant, les avions chinois sont encore plus vieux que les avions indiens et le climat est aussi difficile des deux côtés de l'Himalaya. :merlin:

Ah que je destroye tout ! Ou pas. :p

Sur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
Messagepar Polo » 12 Mai 2010, 11:29
ciders a écrit:Tu remarqueras que si un avion indien tombe par semaine, aucun avion chinois ne tombe jamais. Pourtant, les avions chinois sont encore plus vieux que les avions indiens et le climat est aussi difficile des deux côtés de l'Himalaya. :merlin:


Il faut savoir aussi que Pékin est passé maitre en matière de censure.
Surtout en ce qui concerne la maintenance de ses MiG et leurs réels opérabilités, y a qu'à demander aux journalistes locaux. :mrgreen:

Messagepar ciders » 12 Mai 2010, 12:05
C'est ce que je sous-entendais. Ca m'étonnerait que leurs taux d'attrition soient aussi élevés que les taux indiens, mais ils ne doivent pas en être bien éloignés pour leurs appareils les plus anciens.

Ah que je destroye tout ! Ou pas. :p

Sur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
Messagepar ciders » 23 Juin 2010, 15:46
Maintenant que j'ai investi dans un Gordon, je me dois de l'utiliser. Et tant pis si je verse dans l'externalité négative, en vous faisant profiter de ce que j'ai lu, et le tout gratuitement. :bonnet:

Je vais donc essayer ici de vous donner des informations sur l'organisation des forces aériennes chinoises. En gros, parce que résumer un quart de l'ouvrage en un post... ce serait tendu, comme dirait l'autre.

Notez que pour des raisons qui tiennent autant au fait que Gordon écrit en anglais, qu'au fait qu'il m'est plus facile de lire et de comprendre les dénominations anglophones que sinophones, je parlerais plus volontiers de PLAAF que de Zhōngguó Rénmín Jiěfàngjūn Kōngjūn.

PLAAF :arrow: l'armée de l'air
PLANAF :arrow: la marine
PLAAAC :arrow: l'ALAT locale

...

Introduction et organisation :

Historiquement parlant, les forces aériennes chinoises sont issues des forces mises en place après 1949. Toutefois, nous pouvons aussi citer l'année 1920, date à laquelle fut crée un ministère de l'aviation de la république de Chine. La date de création officielle de la PLAAF est le 11 novembre 1949. La PLANAF ( Zhōngguó Rénmín Jiěfàngjūn Haijun ) naît un an plus tard, en septembre 1950, mais son développement est ralenti par les opérations militaires en Corée. La troisième branche, la PLAAAC ( les forces aériennes dépendantes de l'armée de terre chinoise ) est la plus récente : elle est apparue en avril 1986 ( certaines sources mentionnent l'année 1988 ). Nous pouvons aussi mentionner la Zhonguo Renmin Wuzhuang Jingcha Budui, une force paramilitaire dépendant du Ministère de la Sécurité Publique.

Avant de nous intéresser aux grandes branches nommées plus haut, il faut parler de l'organisation militaire du territoire chinois. Celle-ci est basée sur 7 régions militaires, nommées du nom de la ville abritant leur quartier général, chacune couvrant plusieurs provinces chinoises. Ces 7 régions militaires sont :

- la région militaire de Beijing ( Pékin ) : elle couvre Pékin et la plupart des provinces frontalières de la Mongolie.
- la région militaire de Chengdu : elle couvre le sud-ouestdu pays, de la frontière népalaise à la moitié de la frontière avec le Vietnam.
- la région militaire de Guangzhou ( Canton ) : elle couvre le littoral sud-ouest, notamment l'île de Hainan, et tend à remonter vers des provinces plus centrales.
- la région militaire de Jinan : la plus petite, elle ne couvre que les provinces du Henan et du Shandong, entre les régions militaires de Beijing et de Nanjing.
- la région militaire de Lanzhou : la plus étendue, elle couvre les provinces au contact de l'Inde, des pays d'Asie centrale et du dernier quart ouest de la frontière mongole.
- la région militaire de Nanjing ( Nankin ) : elle couvre les provinces littorales du sud de la péninsule de Qindao jusqu'aux littoraux voisins de l'île de Taïwan.
- la région militaire de Shenyang : au nord-est, elle couvre essentiellement la Mandchourie.

La PLAAF :

La PLAAF a subi à ses débuts et pendant de nombreuses années l'influence soviétique. Elle en a retiré beaucoup de choses, dont certaines sont encore tout à fait valables aujourd'hui. Son ordre de bataille est, comme dit plus haut, basé sur les 7 régions militaires chinoises. 5 de ces régions abritent un commandement d'armée aérienne, les 2 autres étant jugées trop petites pour cela.

- 10ème Armée Aérienne : quartier général à Datuog ( région militaire de Beijing )
- 7ème Armée Aérienne : quartier général à Nanning ( région militaire de Guangzhou )
- 9ème Armée Aérienne : quartier général à Urumqi ( région militaire de Lanzhou )
- 8ème Armée Aérienne : quartier général à Fuzhou ( région militaire de Nanjing )
- 1ère Armée Aérienne : quartier général à Changchun ( région militaire de Shenyang )

Ces 5 armées aériennes rassemblent l'essentiel des appareils mis en ligne par la PLAAF. Toutefois, il existe également des bases aériennes indépendantes, et des unités indépendantes. En général, ces unités sont très spécialisées. Elles ne dépendent que du commandement central des unités aériennes de la région militaire.

Nous pouvons distinguer plusieurs échelons. L'unité de base est le régiment aérien ( feixung tuan ) : on compte 3 escadrons par régiment. Ces régiments forment ensuite une division aérienne : chaque division compte entre 2 et 3 régiments. Ces divisions ne sont pas spécialisées : il est possible d'associer dans la même division des régiments de chasse, d'attaque au sol et de bombardement. En revanche, un régiment ne compte en règle générale qu'un seul type d'appareil, mais ce n'est pas une norme absolue.

Le nombre d'appareils par régiment est variable, entre 20 et 40 selon le type d'appareil utilisé. Il semble bien que le ratio avions/pilotes soit de 1/1,2 ( à titre de comparaison, il est de 1/1,3 dans l'US Air Force ). En 2009, les estimations varient entre 200 000 et 300 000 hommes pour la PLAAF : elle serait forte de 2 000 avions de combat. L'IISS évoque entre 300 000 et 330 000 hommes, et 1 600 avions de combat. Dans les deux cas, il s'agit là d'une force considérable.

Chaque région militaire compte 4 directions spécialisées : commandement, équipement, logistique et politique. Le rôle des officiers politiques reste encore important, de même que celui de la formation politique dans l'instruction ( notamment des officiers ). Le Parti Communiste Chinois garde plus qu'un oeil sur les forces armées chinoises, notamment au travers de la puissante Commission Militaire Centrale.

La PLANAF :

L'organisation des unités aériennes de la PLANAF est similaire à celle de la PLAAF, à ceci prêt qu'il n'existe pas d'armée aérienne. Toutes les divisions sont affectées à une des trois flottes. Chaque flotte dispose d'un éventail varié d'appareils, allant parfois des intercepteurs aux appareils de guerre électronique. A cela, il faut rajouter une brigade de défense radar par flotte, et un régiment de défense aérienne pour la Flotte de la Mer du Nord. Il faut aussi mentionner le fait qu'il y a un grand nombre de régiments indépendants, notamment pour les hélicoptères embarqués et les appareils de reconnaissance.

Gordon ne donne pas les effectifs de la PLANAF, ni le nombre d'appareils utilisés, mais il est très certainement inférieur à ceux de la PLAAF.

Les 7 régions militaires constituent l'ossature de l'ordre de bataille chinois. La PLANAF ne dépend pas de cette ossature, mais d'une répartition en trois flottes :

- la flotte de la Mer du Nord [ je me demande si ce n'est pas plutôt au pluriel ] : son quartier général est à Qingdao.
- la flotte de la Mer de l'Est : son quartier général est à Dinghai, près de Shanghaï.
- la flotte de la Mer du Sud : son quartier général est à Zhanjiang.

La PLAAAC :

Création récente, la PLAAAC comporte essentiellement des hélicoptères, mais aussi quelques voilures fixes. Sa mission principale est le support des opérations militaires au sol : lutte antichar, soutien aux opérations spéciales, transport... Les unités qui en dépendent ont été constituées à partir des anciennes unités auparavant sous le contrôle de la PLAAF. Des 22 régiments aériens de la PLAAF sont nés 9 régiments d'active, 1 école d'entraînement, 9 régiments de réserve et 5 régiments destinés aux opérations spéciales. Chaque régiment est constitué de 3 escadrons, constitués en général de 8 à 12 appareils. Les régiments de la PLAAC sont affectés à des groupes d'armées ( par exemple, le 2ème Régiment, basé à Lhassa, est affecté au 13ème Groupe d'Armée ).

Cette branche de l'armée chinoise a profité de l'ouverture à l'Ouest. La plupart des appareils mis en ligne sont soit des modèles étrangers, soit des modèles étrangers produits sous licence en Chine. Trois modèles en particulier forment l'essentiel des effectifs de la PLAAC : le Mil Mi-17 de transport, le Harbin Z-9 ( attaque, liaison, transport... ) et le Changhe Z8.

Ah que je destroye tout ! Ou pas. :p

Sur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
Messagepar ciders » 01 Juillet 2010, 21:19
Triple-post, mais pour la bonne cause. :bonnet:

Vu que nous n'avons plus d'ODB, je vais essayer, du moins commencer, d'en reconstituer un. Mais ça va être très long, et je ne finirais peut-être pas. Si vous avez des tuyaux, je prendrais et je posterais.

Alors, je vais commencer par rassembler des données ici.

Hong Kong Government Flying Service

:arrow: BAe Jetstream 41 # 2

:arrow: Eurocopter EC-155B-1 # 4 ( le cinquième, le B-HRX, s'est écrasé le 26 août 2003 )
:arrow: Eurocopter AS-332L2 # 3

Successeur du Royal Hong Kong Auxiliary Air Force, ce service dépend du gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong. A ne pas confondre avec la garnison locale de la PLAAF, qui comprend des hélicoptères Jarbin Z9 ezt Changhe Z8, sur la base aérienne de Shek Kong.

Force de police du peuple - Zhongguo Renmin Jingcha Budui

:arrow: Changhe Z9WJS ( Z8FA ) # 18 ( commandés )
:arrow: Harbin Z9B # 3 ( au moins ; il y aurait aussi 1 Aérospatiale AS-365N )

...

Et maintenant, une petite liste d'appareils spéciaux ou pas, utilisés par la PLAAF.

:arrow: Boeing 737-300 # 8 ( transport ; 2 ont été convertis en postes de commandement volants)
:arrow: Boeing 737-700 # 3
:arrow: Bombardier Challenger 800/870 # 5/5 ( transport VIP )
:arrow: Cessna 550 Citation II # 5
:arrow: Cessna 650 Citation III # 2

:arrow: Gates Learjet 35A/36A # 3/2 ( appareils convertis pour les missions ELINT )
:arrow: Tupolev Tu-154M/D # 5 ( peut-être plus ; appareils convertis pour les missions ELINT )

:arrow: Xian KJ-2000 # 4 ( sur base Il-76 ; utilisés comme appareils AWACS )
:arrow: Shaanxi Y8G # 4 ( au moins ; utilisés pour la surveillance du champ de bataille )
:arrow: Shaanxi KJ-200 ( Y8W ) # 3 ( au moins ; utilisés comme appareils AWACS )
:arrow: Shaanxi Y8CA # 2 ( au moins ; utilisés pour les missions ECM )
:arrow: Shaanxi Y8T # 2 ( postes de commandement volants )

Ah que je destroye tout ! Ou pas. :p

Sur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
Messagepar Cinétic » 11 Novembre 2010, 06:11
La Chine arrête la production du JJ-7 (basé sur le MiG-21 biplace)
Le premier vol du MiG-21 datant du début 1955, il était temps. :mrgreen:
http://fr.rian.ru/world/20101110/187833517.html

Pour les infos sur la bête, voir ici et (pour rentabiliser le Gordon de Ciders 8-) )


Eh oui! je sais, ce sont les fiches des Chengdu J-7 et des Guizhou JL-9 alors que l' article parle de JJ-7, mais les chinois n' ont pas l' air de vouloir nous faciliter la tâche avec les dénominations de leur production locale :fou:

Mieux vaut poser une question et avoir l' air idiot 5 minutes que de se taire et de le rester.



Le meilleur bretteur au monde ne craint point son dauphin, il craint le pire bretteur au monde, parce ce qu' il est incapable de deviner ce que cet imbécile va faire.
Messagepar Trident » 29 Mars 2011, 15:09

"Vous êtes marié, comme moi ; vous savez que la monstruosité peut prendre des formes très diverses" Leodagan Kaamelott.

MiG-21 1 : "Vite ! Furtivité Plasma !"
MiG-21 2 : "Ah ! Il ne nous retrouvera pas!"
MiG-21 1 : "Oh non! Fatalité! Le mien tombe en panne!"
MiG-21 2 : "Zut !"

Connexion

Connexion auto.

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron